SPG - Pôle Gare de Saint-Pierre-des-Corps

Affirmer une porte et un coeur actif pour la métropole tourangelle

Saint-Pierre-des-Corps
2020 / en cours...

maître d'ouvrage : Tours Métropole 

programme : étude urbaine élargi sur un pôle gare

étendue : X

mission : étude urbaine

équipe : Obras architectes-urbanistes 

 

Urbanisme, Architecture, Design Urbain Management d’équipe / pilotage de projets urbains, TRANSITEC Expert Mobilité, D’ICI LA Paysagiste, MAGEO Expert Environnement, Développement Durable et Aléas, ZEFCO Expert Energie ,VILLE EN OEUVRE Programmiste, Expert financier, Juridique et Montage opérationnel, VPEAS Economiste de la Construction 

C'est lors du Comité de pilotage du 22 mars 2019, que les partenaires du pôle gare de Saint- Pierre-des-Corps - la Métropole de Tours, le Syndicat des Mobilités de Touraine, la Région Centre Val de Loire, la ville de Saint-Pierre-des-Corps, la Ville de Tours et la SNCF - ont décidé de lancer en 2020 une étude urbaine élargie autour de la gare de Saint-Pierre-des-Corps, afin de définir plus précisément la stratégie d'évolution urbaine de ce secteur majeur de la Métropole de Tours. 

Alors qu’une grande part de l’activité se situe sur les plateaux - outre les services publics et les grandes institutions comme l’Université qui sont installés dans le val – les environs de la gare, sur la commune de Saint-Pierre-des-Corps mais aussi, plus au sud, de Tours, constituent un pôle d’emploi majeur et un des plus grands patrimoines fonciers dédié à l’activité économique. Pour renforcer encore cette vocation, il faut, nous le savons :

- Résoudre la question de la résilience des inondations, et l’on peut pour cela s’appuyer sur l’expérimentation remarquable, et à vrai dire unique en France, pionnière, menée par la commune de Saint-Pierre-des-Corps ;

- Améliorer les traversées et les « passages », aussi bien dans le sens est-ouest entre Saint- Pierre-des-Corps et Tours que dans le sens nord-sud, avec des problématiques bien différentes, puisqu’il s’agit dans un cas de l’intégration de l’A10 et de ses parties en viaduc dans la réflexion, en lien avec les levées de terre du canal et les évolutions réglementaires qui en ont changé le destin, et dans l’autre cas de franchir un faisceau ferroviaire qui, même s’il est amené à se réduire à la marge, demeure un obstacle important, tout en incluant « l’île ferroviaire » dans la vie urbaine. Désenclavement et liaisons sont donc les thèmes majeurs de l’étude ;

- Gérer le capital foncier, qui n’est pas si étendu (car la plupart des sites sont occupés dans les différents périmètres identifiés pour l’étude). Dans la plupart des cas, la reprogrammation des sites s’accompagnera d’une transformation des affectations, où les questions de sol, y-compris la prise en compte des pollutions, seront décisives ; cette intervention suppose dans la durée un bon équilibre entre une politique publique forte, dont les outils adéquats se situent effectivement à l’échelle de la métropole, et un urbanisme « partenarial » qui tire parti de la situation foncière et des différentes entités privées installées sur place.