JOE - L'éco-quartier de l'Hermitage

Renverser les effets de l’histoire industrielle : les contraintes comme atouts

Joeuf
2017 / en cours...

maître d'ouvrage : ville de Joeuf

équipe : alphaville //Développement territorial et programmation, mageo //VRD, infra, sites et sols pollués, administrative, juridique et règlementaire, burgeap//expertise géothermie, transversal//expertise financière et fiscale

programme : mission d'assistance à la maitrise d'ouvrage
étendue : 18,5 hectares
mission : état des lieux, révision dossier création ZAC, étude de faisabilité sur la mise en plade d’un réseau de chaleur privilégiant la solution géothermie, suivi de la procédure de ZAC et de l’aménageur
coût : 139 770 € HT

L’un des premiers engagements est de renverser l’image, ou la sensation peut-être un peu trop prégnante, que le devenir de la commune (et même de la vallée) est freiné par une série de handicap. L’examen des chiffres dans le dossier de création de la ZAC marque une décroissance sensible : de la population (qui vieillit, de plus), de la taille des ménages (de plus en plus de personnes seules), des emplois (4 pour 10 habitants), des revenus (qui sont parmi les plus faibles de la région). Pourtant, la dynamique nouvelle du sillon mosellan et des effets de l’économie frontalière avec le Luxembourg apporte une nouvelle dynamique, pour peu que l’on sache accueillir la part de croissance qui revient à la vallée de l’Orne. Or, en partant, l’industrie n’a pas laissé que des friches et des pertes d’emploi, mais aussi des terrains gelés par le risque de fontis et la pollution, réduisant les capacités de croissance de la vallée. Outre que nous avons montré, lors de l’atelier risques, que cette constructibilité pouvait être retrouvée sur certaines zones, le site de l’Hermitage constitue le « poumon » de développement principal de Joeuf, mais aussi de toute la vallée, Homécourt et Auboué compris.

In fine, un regard plus attentif sur ce site en révèle les atouts, considérables : un site paysager exceptionnel, un patrimoine architectural, une continuité avec l’axe commerçant jovicien (la rue de Franchepré), une proximité avec la gare et un accès aisé vers les grands axes de communication régionaux. L’éco-quartier est donc une chance d’inverser radicalement l’image de la vallée, d’y construire un site très attractif en lien avec la ville existante.